Depuis quelques années, la vidéo est considérée comme un outil d’avenir en matière de recrutement. Que cela passe par le CV ou l’entretien Skype, la vidéo crée sa place au cœur du processus de recrutement.

Les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn sont inondés de CV vidéo postés par des candidats soucieux de se démarquer et de l’autre côté de la « chaîne », de plus en plus de recruteurs qui favorisent les entretiens Skype.

Deux questions se posent alors :

–          Quel est l’impact de ce phénomène sur la qualité des recrutements ?

–          Les candidats augmentent-ils leur chance d’obtenir le poste convoité ?

Le CV, qu’il soit en format papier ou vidéo a un double objectif : livrer un aperçu des compétences et savoir-faire, mais aussi  démontrer la motivation du candidat pour le poste à pourvoir.

Le CV vidéo permet d’estimer à la fois les compétences techniques de réalisation et de communication marketing mais aussi aider à appréhender la personnalité du candidat en donnant un aperçu sur sa manière de parler, son  comportement, sa gestuelle. La démarche du CV vidéo dénote également d’un esprit créatif et d’une volonté de se démarquer. Ainsi, c’est une bonne idée pour interpeler et intriguer le recruteur !

Le CV vidéo peut se révéler efficace, à condition qu’il soit réalisé de manière attractive et qualitative. S’il est de piètre qualité, il peut desservir le candidat, à la fois sur les compétences techniques et sur la capacité à se présenter, à « vendre » ses qualités.

A priori, il ne convient pas à tous les domaines professionnels. Pour un poste en marketing ou en communication, il présente l’avantage de mettre en avant les qualités requises pour ces secteurs, telles que la créativité, la maîtrise de la communication ou du digital. Mais pas sûr qu’un poste de développeur ou d’ingénieur requiert une présentation vidéo ! Il faut que l’utilisation de cet outil soit adaptée à son domaine d’activité.

Le risque majeur est de perdre sa crédibilité ! Une vidéo de ce type est longue à réaliser, il faut écrire le texte, réfléchir aux plans et au montage, veiller à ce que tout cela ait un sens et soit impactant. Il faut donc rester crédible du début à la fin !

Du côté des recruteurs, recevoir des CV vidéo leur demande plus de travail. En effet, un CV papier est plus rapide à lire qu’un CV vidéo qui demande parfois d’être vu plusieurs fois pour tout assimiler.

Côté recruteurs, un nombre croissant d’entretiens sont réalisés par Skype.   

On dépasse ainsi aisément les contraintes temporelles et les frais de transports et le recruteur a la possibilité d’enregistrer les entretiens et de visionner à nouveau l’entretien s’il en éprouve le besoin.

Cependant, cet usage a ses limites. En effet, la barrière de l’écran ne permet pas au recruteur une analyse globale de  la personnalité du candidat dans son intégralité. En effet, la vidéo coupe ce que dégage la personne et notamment le non-verbal, ainsi l’analyse du comportement du candidat s’avère limitée, tronquée.

Un entretien vidéo c’est pratique, certes, mais il manque cruellement de précision et peut s’avérer  préjudiciable aux recruteurs tout comme aux candidats !

 

La vidéo dans le processus de recrutement, qu’il s’agisse du CV ou comme outil d’entretien, gagne du terrain. Si elle peut s’avérer pertinente dans le cadre de recrutement spécifique : communication, marketing ou métier techniques liés à l’image, elle atteint rapidement ces limites :

–          Un CV vidéo bâclé est une source de discrédit du candidat

–          Les entretiens Skype, eux, masquent parfois la vraie nature des candidats

Candidats et recruteurs, adeptes de la vidéo, gardons tous à l’esprit, les limites de cet outil pour ne pas altérer la qualité du recrutement !