Les résultats d’une enquête parue le 6 février dernier et relayée par de nombreux médias notamment Le Monde, Le Parisien et Les Echos dénoncent, sans détour, le problème de discrimination à l’embauche à laquelle est confrontée la France.

 

A l’origine, des élèves de l’université de Créteil, dans les résultats de leurs recherches : « Discrimination dans le recrutement des grandes entreprises : une approche multicanal » mettent en évidence la discrimination à l’embauche sur le critère d’origine des candidats.

Ce projet est initialement commandité par Emmanuel Macron à la suite des mesures engagées sur l’emploi des personnes issues des quartiers, qui sont concernées de manière très significative par le chômage. Très clairement, le Président appela les grandes entreprises à « prendre leur part de responsabilité » dans cette lutte en leur demandant une « mobilisation générale » contre ce fléau très souvent abordé durant les campagnes présidentielles mais, à ce jour, jamais éradiqué.

 

Le président décide alors de mettre en place la plus grande campagne de testing jamais réalisée. Elle a été menée entre novembre 2019 et janvier 2020. C’est une première en France !

A l’arrivée, 7 grandes entreprises sont interpelées dont le géant de l’industrie aéronautique Air France. Cette étude basée sur environ 10 000 candidatures fictives démontre qu’un candidat maghrébin a 25% de chances de moins qu’un français de recevoir une réponse à sa candidature. Dans une moindre mesure, un français vivant dans un quartier prioritaire a moins de chance également de recevoir une réponse qu’un français résidant dans un quartier « classique »

 

Les Groupes mis en cause et qui risquent de voir leur image gravement atteinte s’offusquent et ripostent !

Les multinationales et plus particulièrement Air France conteste les résultats de cette enquête en se prévalant du fait que « la méthodologie et les conclusions du rapport ne reflètent absolument pas la culture, les valeurs et les pratiques de l’entreprise ». Situation d’autant plus délicate pour l’avionneur français qu’Air France a été condamné par la cour d’appel de paris en 2015 pour discrimination envers un salarié d’origine étrangère, seul membre de son équipe à ne pas avoir obtenu le statut de cadre. Selon la cour d’appel, Air France a été  » incapable de justifier cette situation par des éléments objectifs étrangers à toute forme de discrimination ».

 

Autre réaction : des salariés de l’entreprise Sopra Steria, qui compte parmi les 7 entreprises pointées du doigt, lancent un Hashtag « touche pas à ma boite » et invitent les candidats de toutes origines à postuler afin de démontrer que la diversité est une des valeurs essentielles de l’entreprise.

 

Le gouvernement, face à toutes ces contestations quant à la fiabilité de cette étude, entreprendra cette année d’améliorer significativement la méthodologie de son testing, avec des « bases plus objectives » assure-t-il.

Les résultats finaux de cette étude permettront -t-ils de cibler et de mettre ces entreprises face à leur responsabilité pour mieux répondre à leurs engagements sociaux et sociétaux ? Réponse dans quelques mois…

 

 

Le spécialiste du recrutement IT et DIGITAL